Pourquoi désactiver ASR ?

L’ASR (Anti-Slip Regulation), est un système qui permet de réguler l’accélération. Il intervint pour limiter la perte d’adhérence des roues motrices du véhicule. Très utile lors des démarrages et en cas d’accélération, l’ASR permet de limiter les risques de patinage. Par ailleurs, bien que les avantages de ce système soient considérables, il est important de le désactiver par moments. Votre véhicule est équipé de l’ASR ? Découvrez ici les raisons pour lesquelles vous devez le désactiver.

Quelles sont les raisons pour lesquelles vous devez désactiver l’ASR ?

Suivant la marque, le modèle et surtout le type de votre véhicule, l’Anti-Slip Regulation peut être très contraignant. En effet, certaines voitures rencontrent des problèmes dans les descentes lorsque l’ASR est activé. Donc, dans ces situations, il faut le désactiver pour une assurée une bonne tenue de route. Il existe aussi plusieurs autres cas exceptionnels dans lesquels vous devez désactiver l’ASR. Au nombre de ces cas, on distingue la conduite par temps de profonde ou sur un sol mou. Pendant ces moments, le système d’antipatinage vous complique la conduite.

A voir aussi : Comment changer le variateur d’une voiture sans permis ?

En effet, par temps de neige, le système régulant l’accélération pour limiter la perte d’adhérence n’est d’aucune utilité. De même, l’ASR doit être désactivé quand vos pneus sont équipés de chaînes à neige. Lorsque vous avancez ou reculer dans l’optique de libérer le véhicule embourbé, vous devez aussi désactiver l’antipatinage. Sinon, votre véhicule risque d’enfoncer davantage. Pour désactiver l’ASR, il suffit au conducteur de cliquer sur le bouton off. Ce dernier se situe très souvent au niveau du tableau de bord.

Lorsque vous cliquer sur le bouton, un témoin s’allume et affiche un message s’affiche à l’écran. Ce dernier stipule :  » ASR désactivé Attention ! Stabilité directionnelle restreinte « . Cependant, veillez à vérifier par moments que l’ASR est toujours désactivé. En effet, la désactivation de ce dernier est uniquement possible sur 50 km/h sur les véhicules à traction avant. Si vous dépassez les 70 km/h, elle est réactivée de façon automatique. Par ailleurs, l’ASR n’est jamais réactivé de manière automatique sur les véhicules à traction intégrale.

A lire en complément : Fonctionnement voyant liquide de refroidissement : causes et solutions

Quels sont les systèmes ayant une corrélation avec l’ASR ?

Sur la voiture, il existe plusieurs autres systèmes qui présentent une corrélation importante avec l’ASR. Au nombre de ces derniers, on distingue l’ESP et l’ABS. L’ESP (Electronic Stability Program) est aussi un dispositif qui améliore la stabilité de votre véhicule. En effet, son activation peut permettre d’éviter un tonneau en cas de perte de contrôle. Comme l’ASR, il peut être aussi très contraignant en période hivernale. Mais il n’est jamais conseiller de le désactiver. Une seule situation exceptionnelle l’autorise : lorsque votre véhicule est embourbé. Une fois tirés d’affaire, réactivez immédiatement ce dernier.

L’ABS (système Anti-blocage des roues), est une assistance au freinage utilisé sur les véhicules roulants. Ce système permet de limiter le blocage des roues pendant les périodes de freinages intenses. L’ABS est très corrélée avec l’ASR. En effet, lorsque l’ASR est désactivé, il est possible que l’ABS le soit aussi. Pour éviter cela, il est conseillé d’installer sur votre véhicule un connecteur Can Bus. Ce dernier vous permet de paramétrer l’intégralité du système électronique (ASR, ABS, ESP, …) de votre véhicule.

Comment désactiver l’ASR sur différents systèmes d’exploitation ?

Si vous souhaitez désactiver l’ASR, la méthode à utiliser dépendra de votre système d’exploitation. Voici comment procéder sur les différents systèmes :

• Sur Windows : Pour désactiver l’ASR sur un ordinateur équipé de Windows, il suffit d’accéder au menu ‘Panneau de configuration’, puis d’aller dans le ‘Centre de sécurité’. Dans cette section, vous devrez trouver le volet ‘Paramètres avancés’ qui permettra de désactiver ce dispositif.

• Sur Mac OS X : Si vous utilisez un ordinateur Apple avec Mac OS X comme système d’exploitation, il est relativement simple de désactiver l’ASR. Il suffit tout simplement d’utiliser une commande particulière que vous pouvez retrouver en ligne ou en contactant directement le support client Apple.

• Sur Linux : Les distributions Linux disposent généralement des commandes permettant la suppression et la réactivation des différents programmes installés dessus. Pour retirer ASR sous Linux, entrez simplement la commande suivante dans le terminal : ‘sudo apt-get remove asr’.

Pensez à bien rappeler qu’il n’est pas recommandé et même interdit parfois par certains constructeurs automobiles autorisant leur responsabilité contractuelle si un accident intervient lorsqu’un élément prévu pour assurer notre sécurité a été volontairement supprimé. Donc avant toute décision relative à ce sujet, veillez à consulter les avis techniques et les experts en ingénierie mécanique afin qu’ils puissent mieux informer sur les conséquences possibles liées aux manipulations électroniques présentes sur votre véhicule.

Quelles sont les alternatives à l’ASR pour améliorer la sécurité de votre réseau ?

Désactiver l’ASR peut sembler être une solution simple pour améliorer votre sécurité, mais cela peut comporter des risques. Heureusement, il existe plusieurs alternatives à l’ASR qui peuvent aider à renforcer la sécurité de votre réseau.

La première alternative est d’utiliser un pare-feu. Un pare-feu analyse le trafic entrant et sortant de votre réseau afin d’identifier les connexions potentiellement dangereuses et de les empêcher d’accéder à vos données sensibles.

Une autre option consiste en l’utilisation de systèmes de détection d’intrusion (IDS) ou encore mieux, de systèmes de prévention contre les intrusions (IPS). Ces systèmes sont conçus pour détecter les activités suspectes sur le réseau en temps réel et bloquer instantanément toute tentative malveillante avant qu’elle puisse causer des dommages.

Si vous avez besoin d’une protection supplémentaire, vous pouvez aussi envisager l’utilisation de VLANs, qui permettent de séparer physiquement différents types de données dans un seul réseau physique. Cela signifie que si une partie du VLAN est compromise, elle n’affectera pas directement le reste du réseau.

Il y a toujours la possibilité d’utiliser des outils antivirus et anti-malware pour détecter les menaces émergentes avant qu’elles ne deviennent problématiques. Bien entendu, chaque entreprise doit adapter ces mesures au niveau nécessaire selon sa taille et son métier, ainsi que selon ses obligations réglementaires liées aux normatives sectorielles dans le secteur informatique.

vous pourriez aussi aimer