Quelles aides financières en cas de décès ?

13

A lire aussi : Quel casque modulable choisir 2020 ?

Dans cette section, vous trouverez une liste des étapes à suivre dans les mois suivant la perte d’un parent. Quand un être cher meurt, les procédures administratives et les difficultés financières peuvent ajouter du poids. Pour faire face à ce moment difficile, cela peut aider à savoir exactement vers qui se tourner et quoi faire. Dans de telles circonstances, il est également possible de prendre quelques jours de congé en fonction de votre statut (lire la suite).

En outre, il existe un certain financement pour couvrir en particulier les dépenses liées aux funérailles, mais aussi pour la perte de revenu causée par le décès du parent (en savoir plus sur ces aides).

Lire également : Quelle somme pour préjudice moral ?

Enfin, la disparition d’un parent vous donne parfois le droit de payer une rente ou une réversion de pension (en savoir plus).

Pour en savoir plus sur l’aide financière et les mesures à prendre en cas de décès d’un être cher, lisez cet article.

Perdre un être cher : quelles mesures devez-vous prendre ?

Si vous venez de perdre un être cher, sachez que vous devez prendre quelques mesures assez rapidement. Lesplus urgentes, bien sûr, sont la déclaration de décès et l’organisation des funérailles. Mais d’autres documents devront être effectués dans les semaines qui suivent le décès.

Voici une liste de mesures à prendre après la disparition d’un être cher :

  • Faire des morts
  • Faire une déclaration de mort à l’hôtel de ville
  • Organiser les funérailles dans les six jours suivant le décès (une aide financière existe, voir cette section)
  • Informer divers organismes : banque (s) et assurance (s) du défunt, mairie pour mettre à jour le livre familial, Impôts (DGFIP), employeurs et organismes communautaires, etc.
  • Trier et stocker les documents du défunt : dettes, dettes, titres de propriété, ventes à vie, etc.
  • Contactez l’huissier de justice si vous voulez préserver la mobilité du défunt
  • Résoudre la question de l’héritage dans les 6 mois suivant le décès (contact possible avec notaire et déclaration fiscale)
  • Déclarer le dernier revenu d’un être cher a disparu en impôts dans l’année suivant son décès

Bon à savoir : vous devez prouver votre statut d’héritier, pour accomplir certaines formalités. Pour cela, vous aurez besoin soit d’un certificat signé par tous les héritiers, soit d’un acte de publicité établi par un notaire. Tout dépendra du montant de la propriété (plus de 5 000€ ou non).

Mesures à prendre en cas de décès

Puis-je prendre quelques jours quand un être cher meurt ?

Lorsque vous perdez un membre de votre famille, vous pouvez obtenir un permis d’absence de quelques jours, qui varie selon que vous travaillez dans le secteur privé ou dans la fonction publique.

  • Si vous êtes un employé privé  : vous pouvez utiliser un minimum de 3 jours, sans condition d’ancienneté, en cas de décès de vos parents, le conjoint ou le conjoint de la mère ou du père ou des frères et sœurs (frères et sœurs). Ce congé s’ajoute au nombre de congés annuels payés et est rémunéré en jours ouvrables ordinaires.
  • Si vous êtes dans la fonction publique  : vous pouvez utiliser un minimum de 3 jours en cas de décès de vos parents et de votre conjoint. En ce qui concerne le décès de l’un de vos enfants, vous avez droit à 7 jours d’absence s’il avait moins de 25 ans et à 5 jours si l’enfant était plus âgé. Ce congé est ajouté au nombre de congés annuels payés et payés comme jours ouvrables de classiques.

Laisser mourir un être cher

Je dois faire face à la disparition d’un être cher : qu’est-ce qui aide ?

Si vous rencontrez des difficultés financières et matérielles après la mort d’un être cher , vous pouvez aborder :

  • Des services sociaux à l’hôtel de ville
  • De la caisse de pension
  • Avec les FAC
  • CPAM (pour obtenir CSS ou autre assistance mutuelle)

Ces autorités fournissent parfois une aide financière ponctuelle dans ce type de contexte. Si nécessaire, il est accompagné d’un travailleur social.

outre, en ce qui concerne plus spécifiquement le financement des funérailles, il existe plusieurs solutions En . Vous pouvez :

  • S’ adresser aux organismes et aux collectivités communautaires (CPAM, FAC, CCAS, CARSAT, etc.) qui offrent une aide spéciale comme le capital de décès du CPAM versé à certains employés
  • Profitez de l’assurance de la personne décédée et appelez AGIRA à vous a accompagné dans le processus
  • Pour utiliser les fonds propres de la bien-aimée défunte
  • Profitez d’une aide exceptionnelle si votre bien-aimé est décédé accidentellement

Aide financière pour mourir dans la famille

Perte de revenu après la mort d’un être cher : que faire ?

Si vous venez de la perte d’un conjoint retraité, vous pourriez avoir droit à une pension familiale, à une prestation de veuvage ou à une pension d’invalidité de veuve. Tous les appareils sont disponibles sur ce lien.

D’ autres revenus alternatifs existent en fonction de la situation (cadre exécutif ou non, fonctionnaire, demandeur d’emploi).

Pension familiale si vous êtes plus de 55

Si vous avez perdu votre conjoint et que vous avez 55 ans, vous pouvez, sous certaines conditions, profiter d’une partie de la pension qu’un parent décédé a reçu ou recevrait.

La pension familiale est versée mensuellement et correspond à 54 % de la pension de base du conjoint décédé. Son Le montant exact est calculé en fonction des ressources et du nombre d’enfants à charge.

Pension familiale Allocation de veuvage si vous avez moins de 55 ans

L’ allocation de veuvage fonctionne selon le même principe qu’une pension familiale, mais elle s’applique aux personnes de moins de 55 ans qui ont perdu un conjoint ou un conjoint avec lequel elles ont été analysées.

Pour tirer parti de cette situation, certaines conditions, y compris les ressources, doivent être remplies. Son montant maximal est de 622,82€ par mois en 2021 (montant effectif le 1er janvier).

Allocation de veuvage Pension d’invalidité pour veufs ou veufs

Si vous trouvez un veuf, vous pouvez, sous certaines conditions, recevoir une pension d’invalidité. Cette pension mensuelle versée par la Sécurité sociale est destinée aux personnes handicapées de moins de 55 ans et dont le conjoint décédé a reçu une pension ou une pension d’invalidité.

Le montant dépend du montant reçu par le conjoint pour la même pension. Après 55 ans, elle s’est transformée en retraite et c’est Carsat qui se soucie de son chèque de paie.

Pension d’invalidité du veuf ou de la veuve Aide forfaitaire FCA ou MSA en cas de décès d’enfant

Si vous avez perdu un enfant de moins de 25 ans, vous pouvez recevoir une aide financière d’une CAF ou d’une MSA (si vous êtes des personnes à charge agricole), qui s’élèvent à 1 000€ ou 2 000€ selon vos revenus .

Si vous êtes déjà bénéficiaire, vous n’avez pas à plier, l’aide sera payée automatiquement. Sinon, remplissez un formulaire dédié et renvoyez-le à la caisse.

Aide à la mort d’un enfant Autres revenus selon la situation

En plus des pensions susmentionnées, il existe d’autres types de revenus ou de rentes versées aux veufs en fonction des situation :

  • Si le conjoint décédé était directeur exécutif : le conjoint décédé était automatiquement couvert par une assurance prévoyant le paiement du capital de décès (y compris le capital du décès de la CPAM). Sous certaines conditions, son conjoint encore vivant, ses enfants et même ses ascendants peuvent recevoir une pension annuelle dont le montant est compris entre 10 et 60 % du salaire annuel du conjoint décédé. Pour en savoir plus sur ce capital du décès, rapprochez-vous de l’employeur du défunt.
  • Si le conjoint décédé était demandeur d’emploi : si le conjoint a été indemnisé par Pôle emploi, son conjoint vivant peut recevoir un montant équivalent à 120 fois le montant journalier de l’allocation reçue par le défunt. Ce montant est majoré pour chaque enfant à charge et est accumulé à partir de capital de la mort de la sécurité sociale. Pour en savoir plus sur cet appareil, rapprochez-vous de Pôle emploi.
  • Si le conjoint décédé était fonctionnaire : le conjoint peut recevoir un capital égal à un salaire annuel ou au tiers de ce capital si le défunt avait une ou plusieurs années de salaire. , divisée également). Si le défunt n’avait ni conjoint ni enfant, ce montant est versé à ses parents. Pour en savoir plus sur cet appareil, approchez l’employeur du défunt.

Photographie : © StockUnlimited

vous pourriez aussi aimer