Combien de chevaux possède ma voiture?

Vous ne vous contentez pas d’acheter une voiture, vous achetez votre compagnon pour les années à venir. Il est donc normal que vous soyez curieux de connaître ses différentes caractéristiques. Surtout quand il s’agit des chevaux ! Souhaitez-vous savoir combien de chevaux possède votre voiture ? Alors lisez cet article.

Les différents types de chevaux d’une voiture

En matière de voitures, il existe deux grands types de chevaux : les chevaux-vapeur et les chevaux fiscaux. Il est donc important de faire la différence entre les deux types de chevaux.

A lire aussi : Pourquoi souscrire à une assurance auto risques aggravés ?

Cheval-vapeur

La puissance d’un moteur est : également appelée cheval-vapeur. Le calcul du cheval-vapeur d’une voiture se fait en multipliant la cylindrée du moteur par le rapport volumétrique. Le cheval-vapeur est une unité de mesure utilisée depuis des années pour mesurer le pouvoir de traction d’une voiture. En effet, la puissance d’un moteur permet de calculer le nombre de chevaux dont disposera la voiture. Plus vous avez de chevaux, plus votre véhicule sera puissant.

Cheval fiscal

Les chevaux fiscaux sont une unité de mesure du droit fiscal sur la consommation de carburant. Le cheval fiscal est aussi appelé puissance fiscale. En effet, le cheval fiscal est calculé en multipliant le rendement du moteur par la cylindrée du moteur. Le rendement d’un moteur détermine la consommation de carburant. Plus la consommation de carburant est faible, plus le rendement est élevé. De ce fait, plus vous avez de chevaux fiscaux, plus la prime d’assurance à payer sera plus élevée.

Lire également : Comment raviver les plastiques extérieurs de voiture ?

Comment calculer les chevaux d’une voiture ?

La puissance fiscale d’une voiture est un des facteurs les plus importants pour les acheteurs. Même s’il y a une certaine confusion quant à la façon de calculer la puissance fiscale d’une voiture, elle est simple. En effet, depuis 1998, la formule de calcul normalisée pour tous les pays européens à commencer par prendre en compte les émissions de dioxyde de carbone (CO²), exprimées en grammes par kilomètre (g/km).

La formule est la suivante :

  • Pa = (CO2/45) + (P/40)^1,6
  • Pa = puissance administrative
  • CO2 = Rejet de CO2 en cycle normalisé
  • P = puissance en kilowatts

Toutefois, depuis janvier 2020, le calcul de la puissance fiscale ou puissance administrative ne tient plus compte que de la puissance du moteur. Une nouvelle formule a été : adoptée pour les voitures essence ou diesel. Il s’agit de : 1,34 + (1,8 X (kW/100)²) + (3,87 X (kW/100)). Une fois le résultat obtenu, vous devez l’arrondir à l’entier supérieur ou inférieur. Par ailleurs, si votre véhicule est électrique, les chevaux fiscaux sont : calculés d’une autre manière. (0,00018 X kW²) + (0,0387 X kW + 1,34) est la formule utilisée.

Néanmoins, vous devez savoir qu’en France, l’estimation des chevaux fiscaux varie d’un État à l’autre. En effet, chaque État a le droit de fixer ses propres règles fiscales. La principale chose à savoir est que le numéro des chevaux fiscaux doit toujours être : précisé sur le certificat d’immatriculation. Il correspond à la puissance fiscale, exprimée en CV (C’est l’élément sur lequel sera basé le montant du certificat d’immatriculation).

Assurance auto en France et Puissance fiscale

La puissance fiscale est un des éléments qui entrent en compte dans le calcul de votre prime d’assurance auto. Son montant varie en fonction du véhicule que vous possédez. En effet, plus le véhicule est puissant, plus la prime sera élevée. La puissance fiscale mesure la consommation de carburant d’un véhicule lorsqu’il parcourt 100 kilomètres. L’assurance auto pénalise les conducteurs des véhicules puissants qui consomment beaucoup de carburant. Avec des véhicules économes en carburant, vous pouvez bénéficier de remises importantes sur votre assurance auto.

Qu’est-ce qu’un certificat d’immatriculation ?

Le certificat d’immatriculation, ex-carte grise est un document officiel qui atteste l’identité du propriétaire d’un véhicule, ainsi que son immatriculation et les données techniques du véhicule. Le certificat d’immatriculation est obligatoire pour circuler en voiture en France. Il doit être : conservé dans le véhicule et présenté à tout moment à la demande des forces de l’ordre ou des services de police. Toute personne qui possède une voiture doit en posséder une. Il est obligatoire pour circuler, sauf pour les véhicules prêtés, loués ou mis à disposition.

La puissance fiscale et la puissance réelle d’une voiture : quelles différences ?

La puissance fiscale et la puissance réelle d’une voiture sont deux notions distinctement différentes. La première, appelée puissance fiscale, est utilisée par l’administration pour déterminer le montant de la taxe sur les véhicules à moteur (TVS) ainsi que le coût de l’assurance automobile. Elle correspond à une valeur administrative qui ne reflète pas nécessairement les performances du véhicule.

La puissance fiscale est calculée en fonction de plusieurs critères tels que la cylindrée du moteur, la présence ou non d’un turbo, et certains paramètres spécifiques propres à chaque pays. Elle est exprimée en chevaux-vapeur (CV), un terme ancien qui remonte aux débuts de l’automobile où cette unité était basée sur la force exercée par un cheval de trait.

En revanche, la puissance réelle représente les capacités réelles du moteur et se mesure en kilowatts (kW) ou en chevaux DIN (ch). Elle correspond à ce que le moteur peut effectivement délivrer comme énergie mécanique. Contrairement à la puissance fiscale, elle prend en compte des facteurs tels que le rendement du moteur, sa conception interne ainsi que d’autres éléments influençant ses performances.

Pensez à ne pas confondre ces deux types de puissances lorsqu’on s’intéresse aux caractéristiques techniques d’un véhicule. La puissance fiscale vise principalement à faciliter certains processus administratifs tandis que la puissance réelle donne une indication plus précise des performances et des capacités du moteur.

Dans certains cas, il peut y avoir une différence notable entre la puissance fiscale et la puissance réelle d’un véhicule. Certains moteurs peuvent avoir une puissance fiscale relativement faible mais offrir des performances satisfaisantes grâce à une conception interne optimisée ou à l’ajout de technologies telles que le turbocompresseur. À l’inverse, certains véhicules avec une forte puissance fiscale peuvent ne pas être aussi performants qu’on pourrait le penser.

Les conséquences de la puissance de votre voiture sur votre assurance auto

La puissance d’un véhicule peut avoir un impact significatif sur le coût de l’assurance automobile. Effectivement, les compagnies d’assurance considèrent que les voitures plus puissantes sont généralement plus susceptibles d’être impliquées dans des accidents et donc présentent un risque plus élevé. Cela se traduit souvent par une prime d’assurance plus élevée pour ces véhicules.

Lorsqu’on souscrit une assurance auto, l’un des critères pris en compte est la puissance fiscale du véhicule. Plus celle-ci est élevée, plus le montant de la prime sera important, car cela signifie que le véhicule dispose d’une certaine capacité à atteindre rapidement des vitesses élevées.

Le raisonnement derrière cette tarification est simple : les voitures rapides ont besoin de conducteurs expérimentés qui maîtrisent leur conduite à grande vitesse. Or, il a été démontré statistiquement que les jeunes conducteurs ou ceux avec moins d’expérience peuvent être davantage impliqués dans des accidents graves lorsqu’ils conduisent ce type de véhicules performants.

Il existe aussi une corrélation entre la puissance réelle du moteur et le coût de l’assurance automobile. Les moteurs très puissants nécessitent souvent des pièces détachées spécifiques et peuvent être difficiles à réparer en cas de dommages causés lors d’un accident. Par conséquent, les assureurs considèrent que les voitures dotées de moteurs puissants sont plus coûteuses à réparer et augmentent donc le risque financier pour eux.

Il faut noter que la puissance n’est qu’un des nombreux facteurs pris en compte par une compagnie d’assurance lorsqu’elle détermine le montant de votre prime. D’autres éléments, tels que l’âge du conducteur, son historique de conduite, le type de véhicule et même sa localisation géographique peuvent aussi influencer le coût final.

Si vous possédez un véhicule avec une forte puissance fiscale ou réelle, il faut prendre en compte les conséquences sur votre assurance auto. Il peut être judicieux de comparer les offres proposées par différentes compagnies afin de trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins spécifiques tout en restant dans votre budget.

vous pourriez aussi aimer